ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 Home  | Album-Photo  | Contact
LA TARIQA TIDJANIYA AU SENEGAL
Serigne Babacar Sy

 

 
L'homme au bonnet carré est né à Saint-Louis en 1885.  
Mbaye Sy comme l'appelaient affectueusement ses intimes et ses talibés, était le deuxième fils de Seydi El Hadj Malick Sy et de Sokhna Rokhaya Ndiaye.  
Ayant succédé à son père en 1922, il a toujours défendu, avec énergie et dévouement, trois choses : l'Islam, la Tarikha et les Dahiras. Guidé par sa droiture, il a su, par sa sincérité et sa foi, se forger un destin de meneur d'hommes. 
 
ABABACAR SY : LE GARDIEN DE L'ORTHODOXIE 
 
Respectueux des lois de Dieu comme de celles des hommes, imbu de culture islamique, "Cheikhal Khalifa" s'inscrivit dans la continuation de l'oeuvre de Cheikh Ahmed Tidiane Chérif, fondateur de la tarikha tidiania, et de son père Maodo Malick. 
Modèle formé à bonne école, celle de son père. Armé des plus belles vertus, guide religieux exemplaire, Serigne Babacar Sy a su, avec diplomatie et tact, façonner des croyants à l'image du prophète Mohamed.  
II leur a appris à faire la distinction entre les belles choses d'ici-bas et la félicité dans l'au- delà. 
C'est sous son khalifat que les dahiras  
(cercles de fidèles) dont le premier s'appelait "Dahiratoul kirâm tidianiya", furent créés entre 1920 et 1923. 
 
Seydi Ababacar Sy, deuxième fils d'E! Hadj Malick Sy, recueille la succession de son père le jour même du décès de celui-ci : le 27 juin 1922. Bien qu'âgé seulement de 37 ans, son accès au Khalifat. 
 
Son autorité est reconnue par tous les Mokhaddam qui voient surtout, en sa personne l'héritier de la Baraka du vénéré El Hadj Malick.  
Élevé dans un milieu essentiellement religieux, ses études basées sur une foi naturelle et spontanée, en feront un fin lettré, d'esprit ouvert et tolérant, mais aussi un croyant fervent, convaincu du caractère spirituel de sa mission de chef de confrérie islamique. 
 
Cependant, malgré ses éminentes qualités morales, la pureté de ses intentions et le prestige qui s'attache à son nom, Ababacar Sy va se trouver aux prises, pendant les trente cinq années de son Khalifat avec les problèmes nouveaux posés par l'évolution accé lérée de la société africaine d'après guerre : conflit religieux avec l'expansion Mouride et l'hérésie Hamalliste; conflit politique avec l'exploitation de la solidarité religieuse par les partis politiques locaux; conflit de générations, enfin, qui s'annonce aujourd'hui par un relâchement des disciplines familiales et sociales traditionnelles au contact de la civilisation, occidentale, d'une part, et des doctrines panislamiques d'autre part.  
A sa mort, le Khalife Ababacar Sy laissera une confrérie puissante par le nombre de ses adeptes (1.029.577) mais affaiblie sur le plan spirituel ayant perdu de son caractère transcendant et théiste qu'El Hadj Maiick Sy s'était attaché à lui imprimer. 
 
Le 25 mars 1957, Ababacar Sy meurt à son domicile de Tivaouane des suites d'une affection chronique à l'âge de 72 ans... 
Tiré de: http://tivaouane.fr.st 
  
(c) TARIQA CHEIKH - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 5.09.2008
- Déjà 1184 visites sur ce site!